1 COMMENT ASSOCIER NOMS, FORMES, COULEURS, MATIÈRES ? - Déclic Design Guide pour les PME PMI
logo Prospective Design logo ADI
<p>DEVELOPPER LA CULTURE DESIGN</p>
COMMENT ASSOCIER NOMS, FORMES, COULEURS, MATIERES ?

Le design entrevoit le produit de manière systémique et globale, considérant que les sous-ensembles forment un tout qui doit être cohérent.

La dénomination, la forme, la couleur, la matière, la texture résultent d’une démarche où le designer va non seulement apporter une partie de lui-même (par son vécu, sa pertinence, son esprit de synthèse) mais surtout répondre à des règles, des théories, des lois qui régissent cette recherche d’harmonie.

Utiliser un répertoire de références

Nombre de ces lois empruntent aux Beaux-arts des préceptes et savoir-faire comme le rectangle d’or, la composition, le clair-obscur, le poids des couleurs, la perspective ou la géométrie.

Ces pratiques peuvent prendre leur sens dans le respect, l’extrapolation voire la transgression.

Le jeu des différents degrés de lecture ou le travail sur l’illusion visuelle ou l’imbrication (exemple des travaux de M.C. Escher) illustrent clairement l’influence que peut avoir la maîtrise de ces règles sur la perception.

Le Bauhaus a constitué un socle de références sur les notions de proportions, d’échelle, de rythme, de lumière, d’ombre et de couleur qui a servi de fondations aux mouvements du “formalisme” et du “fonctionnalisme”, à la source du design industriel européen.

La Gestalt Theorie, initiatrice de lois sur la forme telles que la figure et le fond, la ségrégation des unités ou encore la bonne forme, à la base du structuralisme contemporain qui légitime les choix et orientations d’ordre perceptif.

Assembler dans un système de sens

Le design assemble sciemment, dans une démarche transversale de conception et dans un système social et culturel de sens, une forme connotée, le signe, reliant dénomination, forme, couleur, matière et textures.

Cette démarche est encore plus pertinente aujourd’hui. De nouveaux procédés de fabrication permettent en effet de formuler les propriétés des matériaux et de les élaborer sur mesure comme des solutions à des cahiers des charges du designer, et non plus comme des contraintes techniques à respecter.
Par exemple, on peut formuler une monture de lunettes à la fois résistante, élastique, à mémoire de forme, au toucher agréable et soyeux, d’une couleur variable en fonction de son environnement, etc.