1 COMMENT FONDER LA VALEUR D’ESTIME D’UN PRODUIT - Déclic Design Guide pour les PME PMI
logo Prospective Design logo ADI
<p>VALORISER LES FONCTIONNALITES DU PRODUIT</p>
COMMENT FONDER LA VALEUR D'ESTIME D'UN PRODUIT SUR DES EXIGENCES DE QUALITÉ

La valeur d’estime traduit la considération du client

La valeur d’estime correspond à la considération affective que le client attache au produit lors de son achat ou que l’utilisateur éprouve lors de son usage.

C’est la force du design que de savoir relier ces éléments d’image aux éléments d’usage. Par exemple, un consommateur peut apprécier un produit pour sa légèreté, son côté pratique, son aspect “haut de gamme”, sa couleur, son appartenance à un univers de marque, etc.

Dans cette relation au produit, les sens sont fortement sollicités : aspects visuels, tactiles, voire odeurs, goût, etc. On parle alors de design sensoriel utilisant des codes culturels et associant une couleur, une forme, une matière, un son… à un type de qualité.

Cette valeur d’estime n’existe que si le produit lui-même possède des qualités reconnues et éprouvées par l’usage, sinon la déception conduit à une perte de valeur immédiate.

Le design met en valeur les qualités que le consommateur devra percevoir

Le choix du client est dicté par la “qualité perçue” et non pas par les qualités intrinsèques du produit.

Ceci est d’autant plus vrai que bien des produits sont équivalents en termes de performances techniques (outillage, électroménager, électronique, mais aussi agroalimentaire…).

C’est la valeur d’estime qui fait la différence lors de l’acte d’achat.

Le design, en coopération avec les services marketing et communication de l’entreprise, contribue à donner une personnalité au produit pour en accroître la valeur d’estime.

Jouer sur la forme, les couleurs, les aspects de surface, l’agencement et la praticité des dispositifs de commande, l’emballage, les sons… consiste à éviter les dissonances de perception, jusque dans l’environnement des espaces de vente (mobilier, éclairage, ambiances, publicité, etc.).

Ce travail de mise en cohérence doit être constamment réajusté en fonction des évolutions de l’environnement commercial, culturel et technologique des produits.